Aquarelle à Hauterives, pays du Facteur Cheval

Bienvenue sur mon blog

Les livres d’Isabelle Giroux

Comme il semblerait que cette rubrique soit amenée à se développer, j’ouvre une nouvelle page pour rassembler mes publications :

Vous connaissez déjà : « HAUTERIVES EN AQUARELLES, sur les pas du Facteur Cheval » présenté en page d’accueil :

Les livres d'Isabelle Giroux livre-Hauterives-300x214

Edité par La Fontaine de Siloé en juillet 2010, il s’agit d’une promenade à Hauterives, au fil du pinceau, à la rencontre bien sûr, de Ferdinand Cheval, notre célèbre facteur, et de son Palais Idéal, mais aussi de ceux qui en ont fait l’histoire plus ancienne ou actuelle, les châteaux, les sites, la vie agricole…

Et en mai 2012, laissant provisoirement l’aquarelle pour ne garder que l’histoire, voici un petit fascicule qui vous racontera l’histoire de la chapelle de Bonnecombe à Hauterives, au long de ses huit siècles d’existence :

Capt_120429_183540_0011-296x300

 

« Cachée au creux d’un vallon, dans les collines d’Hauterives, la chapelle de Bonnecombe est là, sans prétention. Son isolement et son aspect modeste pourraient faire oublier la riche histoire dont elle est issue : depuis plus de 800 ans elle porte les prières des hommes. D’abord église d’un prieuré de Saint Ruf, elle a survécu à la suppression de cet ordre, aux guerres de religion, à la Révolution et a traversé les vicissitudes de l’histoire. Parfois abandonnée, parfois détruite, il s’est toujours trouvé quelqu’un pour prendre à coeur de la relever. Quel magnétisme émane donc de ce lieu ?

Pélerinage majeur de la Drôme au XIX° siècle, Bonnecombe poursuit aujourd’hui encore sa vie de chapelle. Partons donc à la rencontre des chanoines de Saint Ruf, du prieur Bret et de bien d’autres encore… »

Pour les prochains livres, il faudra patienter encore un peu ! Disons un ou deux mois…

 

Et voilà le suivant ! Travail partagé cette fois avec Jean-Louis Coste.

DSCF7082-190x300

« Les Chastellard, une famille dont l’histoire se fond dans celle d’Hauterives, de la Drôme des collines, du Dauphiné, de la France et même des Amériques…

Sept siècles de l’Histoire, du XII°siècle à la Révolution, retracés à l’aide d’archives diverses pour découvrir les moeurs et usages de ces temps reculés, de Saint Amédée aux indulgences accordées par le Pape, des chevaliers de Saint Jean de Jérusalem, aux convocations de l’arrière-ban,… mais aussi des découvertes plus surprenantes reliant le passé aux techniques modernes telles que les foudres de Jupiter ou la dendrochronologie…

Des lieux proches de nous : Hauterives, le berceau de la famille, ceux où elle s’est implantée, Saint Bonnet de Chavagne, Lens-Lestang, Miribel, Chanas, Sérézin de la Tour… des lieux plus éloignés comme ceux de leurs campagnes militaires : l’Italie, la Lorraine, l’Allemagne et même la Nouvelle France où Henri partit combattre les Iroquois…

Une saga familiale, avec ses épisodes les plus glorieux comme les plus sombres, les violences de Christophle, le mariage rocambolesque de François, la ruine de Jean Baptiste ou l’assassinat de Gaspard…

… une famille, avec ses valeurs, ses joies, ses peines, une famille témoin de son milieu et de son époque, une famille à la rencontre de laquelle nous vous invitons à nous suivre. »

 

 

 

img_0010-198x300

Et nous continuons  cette saga familiale avec le petit fils d’Adrienne,   la dernière des Chastellard, : le Général Joseph de Miribel

« Si le temps a aujourd’hui estompé quelque peu la mémoire de ce grand homme, à la fin du XIX° siècle son nom personnifiait le symbole des espoirs de toute la Nation.

Officier d’artillerie maintes fois décoré, parfois comparé à Bayard pour sa vaillance au feu, à  Malakoff, l’Alma, Solferino, Puebla, ou comme à la Malmaison et Buzenval contre les Prussiens, c’est à la tête de l’Etat-Major général de l’Armée qu’il donnera toute sa mesure.

Discret et efficace, infatigable travailleur, mu par un amour indéfectible de la patrie, il emploie toutes ses larges compétences à réorganiser l’armée dont la défaite de 1870 avait montré les faiblesses. Il initie de nombreuses mesures essentielles à la défense du pays : fortifications des Alpes, plan de mobilisation n° XIII, alliance franco-russe dont il fut l’un des principaux artisans…

Au-delà des luttes partisanes qui agitent la Troisième République, il sait se faire apprécier de tous pour son intégrité, sa loyauté, sa cordialité ; les souverains européens le tiennent en haute estime, ses soldats l’adulent, les villageois de Hauterives le pleurent lorsqu’il décède subitement dans sa propriété du Châtelard en septembre 1893.

Sa statue se dresse fièrement devant l’église pour évoquer sa mémoire aux passants. Ce livre vient raviver son souvenir et nous rappeler ce qu’il fut et ce que nous lui devons. »

 

247 p

20€

A se procurer auprès des auteurs (plus port) ou à la librairie Le baz’art des mots, à Hauterives

 

Un commentaire »

  1. Coste dit :

    du bon boulot !
    un peu solitaire, mais le troisième devrait être plus collectif, non ? on patiente ! si, si !

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

La nurserie de Néonat |
Sac Val |
vilistiabibli |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Daniele THEURER
| Georges de La Tour
| Blue Fox Photo